Partager, , Google Plus, Pinterest,

Imprimer

Posted in:

La Carpe: Un roman sur l’autisme sur fond fantastique

La Carpe roman sur l'autisme

Un roman sur l’autisme, oui, mais pas seulement, c’est avant tout l’univers intérieur d’un adolescent et ses pensées créatrices, dignes d’un bon film fantastique que vous découvrirez dans cet ouvrage. Un livre original par son mélange des genres.

Écrit par Pascal Jarnieu, papa d’un enfant souffrant d’autisme depuis sa naissance, cet ouvrage nous fait découvrir l’histoire d’un jeune garçon autiste qui raconte, à la première personne, les nombreux événements qui rythment sa vie. Le lecteur est ainsi invité à plonger dans un monde qu’il ne connaît pas et à penser comme le personnage principal pour pouvoir saisir tous les tenants et aboutissants et vivre pleinement ce roman.

‘’« Autiste ? Vous avez bien dit autiste ? ». Éberlués, mes parents faillirent tomber à la renverse. Derrière son bureau, la doctoresse en blouse blanche se contenta d’acquiescer, sans doute fatiguée de poser ce diagnostic à longueur de journée. Accusant le coup, mes parents tournèrent la tête et posèrent un regard neuf sur moi : le petit garçon de trois ans qui se balance d’avant en arrière sur sa chaise, les yeux scotchés à la lumière de la lampe de bureau.
Aujourd’hui, j’ai treize ans. Je ne parle pas. Je réponds à mon nom d’un hochement de tête. Je comprends ce qu’on me dit, mais je ne parle pas. La petite voix que vous entendez est pourtant bien la mienne, mais elle ne vient pas d’ici. Elle vient d’un endroit que vous découvrirez plus tard. Patience : c’est un peu compliqué. Dès l’instant où je fus diagnostiqué comme souffrant d’un trouble autistique, le regard bienveillant de mes parents perdit de sa chaleur et s’acharna à traquer sans relâche l’anomalie dans chacun de mes regards ou de mes gestes. Tout ce qui pouvait ressembler à une activité répétitive ou s’écartant de la norme fut proscrit.
Je devais ressembler à Pierre, Paul ou Jean, à condition qu’ils ne fussent pas autistes, cela s’entend. Comme la liste des enfants en attente de pouvoir entrer dans une institution spécialisée était aussi longue que cette phrase, mes parents décidèrent de bétonner mes journées en s’entourant de psychologues et ensemble, ils ne ménagèrent pas leurs efforts pour stimuler coûte que coûte mon désir – absent – de communiquer, tandis qu’une diététicienne chevronnée chassa de mon assiette la moindre trace de gluten. L’effet de cette agitation ? Un flop ».

« La Carpe », Pascal Jarnieu, Les éditions Amalthée, 205 pages, 17,40 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *